Articles

« L’accès des femmes à l’emploi en Mauricie, une priorité ! » Dévoilement des résultats de l’état de situation LES OBSTACLES À LA PARTICIPATION DES FEMMES À L’EMPLOI

Trois-Rivières, 4 décembre 2019La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) est fière de présenter les résultats de l’état de situation Les obstacles à la participation des femmes à l’emploi. S’inscrivant dans le cadre du projet L’accès des femmes à l’emploi en Mauricie, une priorité!, qui est en cours depuis septembre 2018, cet état de situation vient mettre fin à la 1re partie du projet et ouvrir sur les pistes de solutions possibles.

La participation des femmes au marché de l’emploi a connu de grands progrès au cours des dernières années. Cependant, il reste de nombreux défis à relever, en particulier dans une région comme la Mauricie qui enregistre un des plus faibles revenus médians de la province et où la concentration de la main-d’œuvre féminine dans les emplois à prédominance féminine est prononcée. Suite à ces constats, la TCMFM, dans le cadre de ce projet, a deux objectifs : développer la concertation autour de l’accès à l’emploi des femmes et appuyer ses partenaires dans le renforcement de leur capacité à mieux répondre aux besoins des femmes en employabilité.

Le présent état de situation sur les obstacles à la participation des femmes à l’emploi a été mené par le Centre de recherche sociale appliquée (CRSA) et Mme Sandy Torres, selon une méthodologie de recherche exploratoire et qualitative. Le regard analytique posé sur les obstacles à l’emploi a croisé trois sources de savoirs, soit les savoirs théoriques, les savoirs expérientiels (le vécu des femmes) et ceux des milieux de pratique. Concrètement, trois activités ont eu lieu : une revue de littérature ciblée sur les obstacles à l’emploi, en particulier structurels; des groupes de discussion et entrevues réalisés auprès de Mauriciennes, y compris des femmes immigrantes et des femmes autochtones; un forum régional réunissant principalement des partenaires de la TCMFM et des intervenantes et intervenants des secteurs communautaire et public.

 

3 catégories d’obstacles

En s’appuyant sur la littérature recensée, trois catégories d’obstacles ont été définies : les obstacles individuels, soit liés aux motivations, aux compétences, aux perceptions, aux sentiments, à l’état de santé, à la situation familiale, aux caractéristiques individuelles (scolarité, âge, etc.); les obstacles socioculturels, c’est-à-dire de l’ordre des représentations, des stéréotypes, des modèles, des valeurs, etc.; et les obstacles structurels ou liés aux organisations (conditions et milieux de travail, offre et organisation des services, etc.), aux institutions (conception et application des politiques et programmes, etc.), aux systèmes (gestion des ressources humaines, procédures de sélection, etc.).

 

Des pistes de solution

L’état de situation a mené à la mise en évidence de pistes de solution en réponse aux obstacles à l’emploi. Des solutions concernent le milieu du travail, tout particulièrement la conscientisation en entreprise face aux préjugés, mais aussi à la conciliation travail-famille-études-soins et à la culture de performance.  Des propositions visent également une profonde remise en question des conditions de travail. La question des horaires de travail, des services de garde et du travail domestique garde toute son actualité comme élément clé pour faciliter la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Quelques pistes concernent les programmes, la nécessité de créer des partenariats, ainsi que le besoin de formation continue pour progresser en emploi et d’éducation pour contrer les préjugés et les stéréotypes sexuels. La nécessité d’améliorer les services de transport en commun et de se pencher sur la reconnaissance des expériences acquises à l’extérieur du pays ou en dehors du travail, ainsi que sur le partage équitable de tâches domestiques, ont également été proposés.

 

Un plan d’action régional intersectoriel

L’état de situation des obstacles à l’emploi rencontrés par les femmes a permis de jeter les bases d’un plan d’action intersectoriel visant à améliorer les pratiques collectives liées à la participation de toutes les Mauriciennes à l’emploi. Ce plan d’action comporte deux volets : un volet organisationnel (structurel), comportant des exemples de stratégies, des activités ou des outils visant à améliorer l’organisation de services, l’accès aux ressources ou encore les climats et les conditions de travail; un volet stratégique (politique), comportant des stratégies de communication en lien par exemple avec la diffusion des résultats auprès d’instances décisionnelles concernées.

« Afin de réduire les écarts entre les femmes et les hommes et d’améliorer les conditions de vie de toutes les femmes, la TCMFM propose plusieurs pistes de solution », mentionne Joanne Blais, directrice de la TCMFM. Il appartient à chaque organisation, à la mesure de ses capacités et de ses ressources, de favoriser l’accès à l’emploi des Mauriciennes dans toute leur diversité. Ensemble, rendons les milieux de travail favorables à l’égalité des sexes et à la diversité des cheminements professionnels.

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie est un regroupement régional féministe de défense collective des droits qui a pour mission de favoriser la concertation et d’agir sur les questions mettant en jeu les intérêts et les conditions de vie des femmes. Elle regroupe plus de 50 membres (individus et groupes de femmes provenant de différents secteurs d’activités. La réalisation de ce projet est rendue possible grâce au soutien financier du ministère Femmes et Égalité des genres Canada.

– 30 –

Source :

Joanne Blais,

Directrice, Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie

Tél. : 819 372-9328 | info@tcmfm.ca

 

La Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM) en pleine ébullition!

Montréal, le 25 novembre 2019 – La Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM) est actuellement en pleine ébullition, avec trois projets en cours : Juste et bien!, Femmes et rapport à la ville, Communauté pratique : Santé des femmes, pauvreté et discriminations.

 

Juste et bien!

Notre premier projet, financé par le ministère des Femmes et de l’égalité des genres du Canada, en partenariat avec RAFH Canada et AFHM, porte sur l’accès à l’emploi et aux services pour les femmes sourdes et/ou en situation de handicap. Depuis octobre 2018, l’agente de projet Catherine Théroux est chargée de la réalisation du segment montréalais de ce projet pancanadien. La première phase du projet consistait à créer et animer des groupes de discussion et des entrevues individuelles. Suite à l’analyse des échanges, des ateliers de formation et de sensibilisation ont été élaborés. Ces derniers seront offerts, à l’hiver 2020, aux femmes sourdes et/ou en situation de handicap, aux employeurs, aux prestataires de services et aux syndicats. Ces ateliers visent à améliorer l’employabilité et l’accès aux services pour les femmes sourdes et/ou en situation de handicap.

 

Femmes et rapport à la ville

Notre deuxième projet, Femmes et rapport à la ville, est également financé par le ministère des Femmes et de l’égalité des genres du Canada et ce, pour une durée de quatre ans. Il vise à identifier et promouvoir les changements à apporter pour rendre la ville plus inclusive et plus adaptée aux besoins et aux intérêts de toutes les femmes. La première phase du projet, coordonnée par l’agente de projet Adélaïde Tanguy, a débuté en novembre 2019. Elle consiste à élaborer un outil et des ateliers de consultation développés selon une approche féministe intersectionnelle, en partenariat avec le Comité Développement Local et Régional de la TGFM et Relais-Femmes. Les résultats de la consultation permettront la formulation de recommandations qui seront présentées aux membres et partenaires de la TGFM ainsi qu’aux municipalités, agglomérations et arrondissements de l’île de Montréal.

 

Communauté pratique : Santé des femmes, pauvreté et discriminations 

Notre troisième projet est financé par le Secrétariat à la condition féminine du Québec, pour une durée de deux ans et a comme objectif de créer une communauté de pratique. Le but de celle-ci est de favoriser le partage d’expertises et d’outils entre les intervenantes, qui travaillent sur les inégalités vécues par les montréalaises en matière de genre, santé, pauvreté et discriminations. Porté par le Comité Santé de la TGFM, ce projet est coordonné par l’agente de projet Marie-Eve Labrecque, depuis octobre 2019. Celui-ci vise, dans un premier temps, à mobiliser des intervenantes qui feront vivre la Communauté de pratique et qui analyseront la coexistence entre les problèmes de santé et la pauvreté des femmes, selon une approche féministe intersectionnelle. Lors de la seconde phase, la mise en place d’une Communauté de pratique virtuelle, permettra d’inviter d’autres intervenantes à contribuer aux échanges. Au terme du projet, un outil de sensibilisation sera élaboré et portera sur les enjeux d’inégalité de genre en matière de santé. Il sera diffusé auprès des populations concernées, des intervenant·es et du grand public.

–  30 –

Pour plus d’informations, veuillez contacter : 

Catherine Théroux
Agente de projet
Juste et bien!
catherine.t@tgfm.org
514 381-3288 poste 2203

Adélaïde Tanguy
Agente de projet
Femmes et rapport à la ville
adelaide.t@tgfm.org
514 381-3288

Marie-Eve Labrecque
Agente de projet
Communauté pratique : Santé des femmes, pauvreté et discriminations
marie-eve.l@tgfm.org
514 381-3288

 

Trois outils destinés aux journalistes afin d’assurer une couverture médiatique neutre et paritaire

Trois-Rivières, le 21 novembre 2019 – Dans le cadre du projet « Plus de femmes en politique ? Les médias et les instances municipales, des acteurs clés » mené par la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) et ses partenaires, deux études portant sur la représentation médiatique des candidates aux élections municipales de 2017 ont été réalisées, dont les résultats ont été diffusés à l’automne 2018 et restent accessibles sur demande.

C’est suite aux recommandations tirées de ces études que trois outils ont été développés pour répondre au besoin des journalistes qui souhaitaient adopter une écriture assurant une représentation égale des femmes et des hommes, particulièrement dans la rédaction d’articles politiques.

Nous avons eu le privilège de présenter ces outils, en primeur, aux journalistes présents lors du précongrès de la fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), ce 15 novembre dernier. L’accueil s’est avéré très positif et nous commençons dès à présent une large diffusion de ces outils.

 

Guide des bonnes pratiques journalistiques : Faites le PARI d’une couverture neutre !

Ce document regroupe des définitions utiles, clarifie le concept de « rédaction épicène », et propose des tableaux sur lesquels s’appuyer afin de mettre en œuvre les divers procédés permettant d’accéder à une écriture non genrée, et qui assure une représentation égalitaire des femmes et des hommes.

Aide-mémoire

Cet outil se veut être une synthèse du guide qui offre, en un coup d’œil, un rappel sur les procédés à mettre en œuvre pour une couverture neutre et paritaire.

Bloc-notes

Meilleur allié du journaliste, ce bloc-notes offre un rappel des questions à se poser afin de s’assurer de la neutralité de son article.

 

Convaincues que ces outils sauront initier ou alimenter une réflexion et une prise de conscience autour de l’enjeu des représentations médiatiques des femmes, nous souhaitons vivement qu’ils soient accessibles au plus grand nombre. La TCMFM se tient disponible pour en distribuer des exemplaires aux journalistes et équipes de rédaction qui en feront la demande.

Le projet « Plus de femmes en politique ? Les médias et les instances municipales, des acteurs clés ! » est rendu possible grâce à un financement triennal du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres. Les partenaires impliquées dans ce projet sont la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM), la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM), la Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent (TCGFBSL), de même que le Groupe des médias étudiants (GME) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

10 000 jeunes sensibilisé.es en Chaudière-Appalaches

Lévis, le 13 novembre 2019 – Dans le cadre du projet Regarde! Tu as le choix!, financé par le Secrétariat à la condition féminine, un outil novateur et inédit a été développé par Connexion Emploi ressources femmes, en collaboration avec les 4 commissions scolaires de la région, le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches et le Centre Femmes l’Ancrage. Cet outil a permis de sensibiliser 10 000 jeunes de 10 à 12 ans de la Chaudière-Appalaches sur la thématique de la diversification professionnelle. Les parents et les membres du personnel scolaire ont pris part à la réflexion, étant à leur tour informé.es et sensibilisé.es. C’est un impact majeur pour la région Chaudière-Appalaches.

Opération lapin chaupe, est un outil de sensibilisation merveilleusement illustré qui aborde différentes thématiques reliées à la ségrégation professionnelle, le choix de carrière et les stéréotypes de genres. L’outil débute avec une note explicative pour les jeunes et se poursuit avec des questions d’approfondissement tout au long du livre. C’est un outil complet et dynamique qui a été distribué dans toutes les écoles primaires des 4 commissions scolaires de la Chaudière-Appalaches. Le projet a été réalisé en 3 phases :

  • Création, impression et distribution d’un outil de littérature jeunesse
  • Création d’un guide pédagogique avec des activités d’apprentissage et une version vidéo et audio du livre pour les enseignant.es
  • Animation d’ateliers dans les écoles

Le livre et ses outils pédagogiques sont disponibles en ligne au https://www.connexionemploiressources.com/regarde-tu-as-le-choix.

Le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches (RGFCA) est un regroupement régional de (24) groupes de femmes qui travaille à la défense des droits et à l’amélioration des conditions de vie des femmes. Le RGFCA est mandataire du projet.  https://www.femmesca.com/

Connexion Emploi ressources femmesest un organisme communautaire spécialisé en développement de la main d’œuvre féminine de Chaudière-Appalaches. Ces services s’adressent aux femmes ainsi qu’aux entreprises. Il est responsable de la mise en œuvre du projet.  https://www.connexionemploiressources.com/

-30-

Source :
Karine Drolet, directrice générale
Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches
418 831-7588
direction@femmesca.com