Articles

Communiqué : Jour de la Terre

Communiqué de presse

Rassemblement Jour de la Terre: Bilan de l’inaction climatique

Québec, 22 avril 2022 – En ce Jour de la Terre, des centaines de personnes se sont rassemblées au parc de la Francophonie répondant ainsi à l’appel du Regroupement des groupes de femmes de la Capitale Nationale (RGF-CN) et du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12). Ce rassemblement fût l’occasion d’écorcher le bilan du gouvernement de la CAQ en matière de justice sociale et climatique.

Un bilan désastreux pour la CAQ autant dans la lutte aux changements climatiques… 

Après presque quatre ans au pouvoir, force est de constater que l’argent et les profits des entreprises guident le gouvernement de la CAQ plutôt que le bien-être de la population québécoise. «Augmentation des normes de nickel dans l’air pour favoriser les entreprises minières au nom de la transition écologique, un troisième lien qui serait bon pour éviter l’étalement urbain, un ministre de l’environnement qui nous dit qu’il est impossible d’en faire plus pour lutter contre la crise climatique et un autre qui n’hésite pas à sacrifier les caribous pour le seul profit de l’industrie forestière, voilà le véritable visage du gouvernement Legault en matière d’environnement. Cela ne peut se résumer qu’en un mot : ÉCHEC! » dénonce Anne-Céline Guyon de Nature Québec.

… et en matière de justice sociale

En refusant d’agir pour lutter contre la crise climatique et en contribuant au démantèlement de notre filet social, le gouvernement abandonne les populations appauvries et marginalisées qui ont peu de marge de manœuvre pour faire face aux conséquences. “Par exemple, il devient beaucoup plus difficile, voire impossible, pour elles d’échapper aux vagues de chaleur, de faire face à l’augmentation du coût des aliments ou de trouver un nouveau logement lors d’inondations” explique Naélie Bouchard-Sylvain du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12).

Les groupes sociaux mobilisés pour revendiquer de vrais changements !

Il est devenu incontournable d’instituer l’analyse d’impacts environnementaux comme une condition préalable à l’élaboration des lois, règlements, politiques, plans d’action, budgets du gouvernement provincial. Il est impératif de bannir les énergies fossiles d’ici 2030, autant en termes de production, de transformation, d’exportation que d’importation. Lutter contre les changements climatiques exige d’améliorer les dessertes de transport en commun et de rejeter le projet de 3e lien autoroutier entre Québec et Lévis. Finalement, le gouvernement devrait taxer la richesse et réinvestir massivement dans le filet social, afin d’assurer des conditions de vie décentes pour toutes et tous.

22 avril, Jour de la Terre

Le Jour de la Terre est une occasion de souligner l’impact catastrophique des changements climatiques au Québec, mais également partout sur la planète. Comme le GIEC l’a répété il y a quelques semaines, les changements climatiques ont un coût humain de plus en plus élevé. Ils affectent plus durement les groupes déjà désavantagés par le système capitaliste et le patriarcat. Il est notamment démontré que les phénomènes climatiques extrêmes ont un impact direct sur l’intensification des violences vécues par les femmes et les filles. “140 millions de filles devront se marier avant leur 18 ans dans la prochaine décennie, un nombre qui risque d’exploser en raison de la pauvreté extrême et de l’insécurité” a expliqué Judy Coulombe, du Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale.

Quelles leçons retenir du premier mandat de l’équipe Legault alors que la session parlementaire touche à sa fin? Pour les groupes mobilisés, les craintes se sont réalisées: on est plus près du déni climatique que des actions pour l’avenir.

– 30 –

Consultez la publication originale du communiqué :

Lettre ouverte : Journée internationale pour la justice sociale

Lettre ouverte du Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale à l’occasion de la Journée internationale pour la justice sociale le 20 février 2022

40 ans de négligence… et on s’étonne de l’urgence?

L’heure est au bilan à l’occasion de la Journée internationale pour la Justice sociale qui aura lieu dimanche. Force est de constater que l’écart entre les riches et les personnes appauvries se creuse et atteint des proportions indécentes. Les personnes racisées, les femmes et les personnes ayant des problèmes de santé physique ou mentale sont touchées de plein fouet. Le filet social ne parvient plus à toutes les retenir, ni à fournir les services de base nécessaires à l’ensemble de la population. Il est troué de partout. Il devient urgent de le réparer !

Depuis deux ans, de nombreux problèmes – qui ne datent pas d’hier! – sont devenus critiques, que ce soit le manque de places en garderie, la difficulté à se trouver un logement abordable, la pénurie de main d’œuvre, l’essoufflement du système de santé, le manque de ressources des groupes d’action communautaires ou encore celui du milieu scolaire. La crise de la COVID-19 n’est que le révélateur d’une problématique beaucoup plus grave: l’effritement volontaire des services publics depuis les 40 dernières années.

En effet, les gouvernements successifs des dernières décennies ont saboté le filet social. Ce même filet social, qui empêchait les personnes ayant des « embûches de vie » de sombrer dans la pauvreté (p.ex une mère qui devient cheffe de famille monoparentale après une séparation, une personne victime d’un accident qui ne peut plus travailler, etc.), n’a pas été comblé par les « richesses » créées, qui sont restées dans les poches des plus riches.

Les gouvernements ont diminué les impôts des plus riches et des entreprises, se privant ainsi de millions de dollars à investir dans les services publics. Ils ont coupé dans les services en santé et en éducation (éducation spécialisée, psychologie, orthophonie, physiothérapie, etc.) au nom de la dette et au profit du privé, sans jamais mettre en place des mesures concrètes pour colmater les fuites de capital dans les paradis fiscaux. Puis, le sabotage a continué avec l’investissement massif vers les métiers traditionnellement masculins (construction, ressources naturelles, etc) au détriment des métiers traditionnellement féminins (infirmière, enseignante, éducatrice, etc.). En dévalorisant ces métiers de soin, cela a sans aucun doute contribué à affaiblir le filet social. Aujourd’hui, la population ne peut accéder à des services sans passer par des interminables listes d’attente et alors que les taux d’inflation atteignent des sommets jamais égalés et semblent ne pas vouloir s’essouffler, plusieurs personnes se retrouvent pris à la gorge et passent dans les mailles du filet.

Les inégalités sociales et l’effritement des services publics, parapublics et communautaires ne sont pas des fatalités. Nous avons le pouvoir de nous mobiliser et d’exiger d’autres choix politiques, de prioriser le bien commun à l’accroissement des richesses de quelques-uns! À l’aube d’une crise environnementale qui aura de nombreuses conséquences sur nous tous-tes, c’est à nous de décider et de nous mobiliser pour la justice sociale.

Marie-Ève Fortier, RÉPAC 03-12

Judy Coulombe, Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale

Lancement de la plateforme Femmes et mobilité Une alliance prend forme pour mettre en lumière le déficit de mobilité des femmes dans le Capitale-Nationale

Québec, mardi le 16 mars 2021 – Accès transports viables, le Collectif pour un transport abordable et accessible à Québec (TRAAQ) et le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (RGF-CN) lancent aujourd’hui la plateforme web « Femmes et mobilité ». Celle-ci vise à sensibiliser la population et les décideur-e-s, et surtout à faire connaître des pistes de solutions.

La plateforme s’inscrit plus largement dans le projet « Femmes et mobilité », mené de concert par les trois organisations et soutenu par le Secrétariat à la condition féminine du Québec. L’objectif de ce projet est de mettre en lumière les enjeux et les conséquences du déficit de mobilité des femmes, et en particulier des femmes en situation de pauvreté.

Les inégalités de mobilité et socio-économiques persistent entre hommes et femmes dans la Capitale-Nationale

Les statistiques concernant la mobilité des femmes, et son impact sur leur situation socioéconomique, parlent d’elles-mêmes. À Québec, elles sont plus nombreuses (58 %) que les hommes à être utilisatrices du RTC et du STAC. Or, le temps de déplacement en transport en commun est plus long, ce qui affecte l’accès à l’emploi des femmes, la conciliation famille-travail-études et la santé.

« On a lancé le projet « Femmes et mobilité » car, depuis plusieurs années, les recherches montrent que les femmes sont moins mobiles que les hommes, et qu’en raison d’un accès moindre à l’automobile, elles sont de plus grandes utilisatrices du transport en commun. Or, on le sait, pouvoir se déplacer en ville, c’est crucial car ça influence le choix du logement, l’accès à l’emploi et aux services, le réseau social, etc. » a expliqué Nancy Beauseigle, directrice du Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale.

Dans la région de la Capitale-Nationale, la pauvreté des femmes demeure, avec 12 % des femmes vivant sous le seuil de la pauvreté et avec un écart salarial marqué entre hommes et femmes. La pandémie a d’ailleurs affecté davantage la participation au marché du travail des femmes que celle des hommes.

« C’est particulièrement important de documenter la mobilité des femmes dans la Capitale-Nationale afin de comprendre comment elle peut être un levier pour améliorer les conditions socio-économiques des femmes. Dans notre région, une femme continue de gagner 0,78 $ pour chaque dollar gagné par un homme » a ajouté Catherine Rainville, animatrice sociale au TRAAQ.

Des solutions à proposer

En proposant des solutions concrètes pour réduire le déficit de mobilité des femmes, les organismes à l’origine de « Femmes et mobilité » espèrent notamment avoir une influence sur les instances décisionnelles.

« On vise à sensibiliser la population et les décideur-e-s au déficit de mobilité des femmes et aux enjeux qu’elles rencontrent. Mais surtout, on présente des pistes de solutions : la mobilité durable, les aménagements urbains sécuritaires, la tarification sociale basée sur le revenu du transport en commun et l’analyse différenciée selon les sexes dans une perspective intersectionnelle (ADS+), par exemple » a conclu Marie-Soleil Gagné, coordonnatrice au développement chez Accès transports viables.

-30-

Source
Angèle Pineau-Lemieux
Accès transports viables
a.pineau-lemieux@transportsviables.org
438 495 9892

Femmes dans les milieux à prédominance masculine : Une solution en ligne pour une plus grande mixité dans les milieux de travail !

Québec, le 15 mars 2021 – Le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale est fier de lancer sa plateforme d’autoformation inclusifs.org. Résultat de plusieurs mois de travail, cet outil propose une démarche et des moyens concrets aux entreprises à prédominance masculine qui souhaitent mettre en place des actions vers plus de mixité et de diversité. Elle vise également les conseillers ou conseillères en emploi œuvrant auprès des entreprises.

Un marché du travail fortement ségrégé

Malgré les efforts des dernières décennies mis vers la mixité, le marché du travail demeure fortement ségrégé au Québec. Près de 40 % des femmes sont cloisonnées dans les 10 principales catégories professionnelles dites « féminines », soit l’industrie de la vente et des services, les soins aux personnes, l’enseignement et la garde d’enfants, et les occupations cléricales et administratives. Le parcours des femmes dans les milieux à prédominance masculine est encore rempli d’obstacles. Selon plusieurs études, lorsqu’il y a moins d’un tiers de femmes dans un milieu de travail, celles-ci sont confrontées à de nombreux obstacles tels que la discrimination, l’isolement, ou encore, le manque de soutien et de reconnaissance. Lorsqu’aucune mesure n’est mise en place pour faciliter l’intégration des femmes, le taux d’abandon de la profession est de 50%.

Une plateforme d’autoformation

La plateforme Inclusifs.org contient plusieurs outils et moyens concrets permettant aux entreprises de se sensibiliser aux enjeux vécus par les femmes dans les milieux à prédominance masculine, de se questionner et de bonifier leurs pratiques afin de favoriser la mixité dans leur milieu de travail. Des fiches informatives et des exercices liées notamment à la connaissance du personnel, l’embauche, le recrutement, l’intégration du personnel, le climat et l’organisation du travail sont proposées par la plateforme.

Inclusifs.org est le résultat d’une recherche réalisée au cours des 6 dernières années, qui documente les obstacles vécus par les femmes dans les milieux à prédominance masculine, et surtout, qui offre de nombreuses pistes d’action pour favoriser l’intégration et le maintien des femmes. La plateforme est disponible depuis son lancement officiel en direct sur Facebook le 25 février dernier.

– 30 –

Pour plus d’informations :

Bianca Villeneuve : projets@rgfcn.org