Articles

Communiqué: Rencontre avec la ministre Charest : le Groupe des Treize consterné

Montréal, le 17 mars 2021 – Le 11 mars dernier, le Groupe des Treize (G13)1 a rencontré la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, afin de lui faire part de ses préoccupations et de ses recommandations pour le budget 2021-2022 du Québec. Il ressort consterné de cette rencontre où la ministre a multiplié les appels à la patience des femmes. En effet, il apparaît qu’une réponse structurante du gouvernement pour mitiger les importants reculs des conditions de vie des femmes engendrés par la pandémie ne fera pas partie du prochain budget du Québec.

Considérant le manque de mesures d’envergure, la courte durée et le budget nettement insuffisant du « Plan d’action pour contrer les impacts sur les femmes en contexte de pandémie », dévoilé le 8 mars, le Groupe des Treize espérait que le gouvernement Legault use du levier que constitue le prochain budget du Québec pour déployer d’urgence des mesures structurantes en faveur de l’égalité pour toutes les femmes et un investissement à la hauteur des défis posés par cette crise sanitaire et économique sans précédent.

Lors de cette rencontre, la ministre a identifié la prochaine Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes comme la pierre angulaire d’une intervention à plus long terme sur les conséquences de la pandémie. Si le G13 salue cette volonté, il est d’avis que l’heure est grave. La prochaine Stratégie n’est pas attendue avant 2022 et il est impensable que les femmes soient reléguées dans une seconde phase de relance.

Les impacts de la Covid-19 sur les femmes sont énormes. Les regroupements et organisations féministes parlent d’un recul de plus de 30 ans des conditions de vie des femmes. La violence envers elles s’est exacerbée et nous pouvons en constater l’ampleur au quotidien; les féminicides augmentent, les femmes en situation de handicap se retrouvent sans soutien pour répondre à leurs besoins, les femmes LGBTQ2S+ sont laissées pour compte, les femmes migrantes à statut précaire restent isolées de peur de perdre le peu que le gouvernement leur propose, les femmes vivant du travail du sexe sont ostracisées et violentées, sans compter la montée importante du racisme et de la violence envers les femmes autochtones et racisées. Ce sont les femmes qui maintiennent à bout de bras le tissu social et familial du Québec au péril de leur santé physique et mentale. Ces enjeux n’ont été que partiellement introduits dans le plan d’action. Force est de constater que la situation des femmes ne pourra s’améliorer sans des engagements gouvernementaux clairs, d’envergure et à plus long terme.

La population québécoise ne peut se contenter d’un énième budget focalisant sur les secteurs d’emploi où les hommes sont surreprésentés. La relance doit, dès maintenant, prévoir un investissement massif dans la santé et la sécurité des femmes, de même que garantir leur inclusion à la reprise économique. En outre, les actions gouvernementales visant la gestion de la pandémie et la relance doivent intégrer une véritable analyse différenciée selon les sexes et intersectionnelle (ADS+).

En reportant toute action significative à plus tard, le gouvernement Legault ratera non seulement son objectif de rebâtir un Québec post-COVID, mais il cristallisera le recul des conditions des femmes, et particulièrement de celles qui vivent à la croisée des oppressions. Les regroupements et organisations féministes du G13 sortent de cette rencontre plus convaincues que jamais de l’importance de leur rôle de défense des droits des femmes au Québec. Elles poursuivront sans relâche pour visibiliser les conditions vécues par les femmes et exiger une relance féministe et inclusive.

Les membres du G13
Action santé femmes
Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2)
Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine
Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail
DAWN-RAFH Canada
Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec Fédération des femmes du Québec
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes Fédération du Québec pour le planning des naissances
Femmes Autochtones du Québec
L’R des centres de femmes du Québec
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
Regroupement Naissance-Respectées
Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
Relais-femmes
Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec
Réseau des lesbiennes du Québec- Femmes de la diversité sexuelle
Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec
Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes


1 Le Groupe des 13, créé il y a 35 ans, est une table de concertation qui réunit à présent plus de 20 groupes et regroupements provinciaux qui œuvrent à la défense des droits des femmes résidant au Québec, souvent parmi les plus vulnérables.

Renseignements: Pour informations et demandes d’entrevue (précisez si vous prenez des ITV en anglais): Gaelle Fedida – Alliance MH2 – 514.706.9939 – coordopolitique@alliancemh2.org (FR ou AN) ; Audrey Gosselin Pellerin – Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec (RTRGFQ) – 581.989.5913 – mobilisation@reseautablesfemmes.qc.ca(FR) ; Manon Monastesse – Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) – communication@fede.qc.ca – 514 224 3204 (FR ou AN) ; Mathilde Trou – Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale (RMFVVC) – mtrou@maisons-femmes.qc.ca – 514 754-1057 (FR)

Communiqué G13: Un Plan d’action pour la santé et le bien-être des femmes déjà désuet

Montréal, le lundi 1er mars 2021 – Le 18 décembre dernier, le gouvernement du Québec a publié son nouveau plan d’action pour la santé et le bien-être des femmes 2020-2024. Ce plan d’action, qui semble avoir été écrit sur le tard, et ce, même si la dernière consultation du gouvernement sur ce dossier remonte à 2017, démontre de grandes lacunes tant au niveau des enjeux que des actions proposées. Déjà lors de sa sortie, en pleine pandémie, des regroupements nationaux ont dénoncé le caractère désuet des mesures proposées. À présent, des regroupements féministes s’unissent encore pour dénoncer son caractère archaïque, mais aussi afin d’inciter le gouvernement à adapter ce plan d’action aux situations actuelles, et ce, dans les plus brefs délais.

Aujourd’hui, encore, les inégalités entre les genres et entre les femmes elles-mêmes sont nombreuses et causent d’énormes préjudices sur la santé et le bien-être de ces dernières. D’ailleurs, le gouvernement québécois souligne ces inégalités à grands coups de statistiques dans la première partie de son plan d’action, ce qui normalement devrait être prometteur. Néanmoins, ces statistiques ne semblent guère les motiver à l’action. En effet, nous pouvons constater assez rapidement, et ce, à travers les mesures proposées qu’il n’y a quasi aucune action qui vise spécifiquement les femmes de la diversité sexuelle, les femmes racisées, autochtones, en situation de handicap ainsi que toutes les femmes qui vivent à la croisée de multiples oppressions et inégalités au point de vue de la santé. En conséquence, il est facile d’instrumentaliser l’analyse différenciée selon les sexes dans une perspective intersectionnelle (ADS+) afin de glorifier son action, mais encore faut-il l’appliquer dans des mesures concrètes. Ainsi, force est de constater que cela ne semble pas être la volonté du gouvernement.

De surcroît, ce plan d’action, sorti 5 ans après une consultation expéditive des groupes communautaires et attendu de pied ferme par les groupes de femmes et les femmes elles-mêmes, démontre un caractère déjà désuet face à la situation actuelle et déçoit. Alors qu’une pandémie sévit dans le monde et que les grands titres des journaux ne cessent de rapporter les impacts dévastateurs sur les femmes, il n’y a aucune actualisation du plan d’action en vue. Pire encore, ce plan est accompagné d’un budget de 5 millions de dollars par année, soit moins que ce qui a été investi pour la santé des hommes bien avant que la pandémie nous frappe. Une goutte d’eau pour une grande partie de la population qui subit de plein fouet les inégalités sociales ainsi que la dégradation des conditions de vie et de bien-être qui se sont particulièrement accentuées au courant de la dernière année.  Il est essentiel, voire primordial, que le gouvernement du Québec prenne au sérieux la santé et le bien-être des femmes. Nous nous attendons à mieux que des beaux discours sans mesures concrètes permettant de véritables changements sociaux.

En proposant un plan tel que celui-ci, le gouvernement québécois démontre un manque d’intérêt et de considération pour les femmes et c’est tout à fait inacceptable pour une société qui promeut la valeur de l’égalité.  Il est donc essentiel qu’un complément soit produit pour actualiser ce plan, et ce, dans les plus brefs délais. La pandémie est installée au Québec depuis pratiquement un an. Des organismes féministes et de santé publique au Québec ont déjà publié des rapports et des chiffres qui font état d’un recul de vingt ans au minimum à ce qui traite de la santé et du bien-être des femmes. Nombreuses et nombreux sont les spécialistes en santé mentale qui n’hésitent pas à dire que les besoins vont aller en grandissant. On peut raisonnablement conclure que les conséquences de la situation actuelle vont perdurer dans le temps même si la pandémie devait s’achever demain.

Monsieur Legault, déjà que nous sommes en attente d’une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux, Monsieur Dubé, nous vous demandons d’agir maintenant parce que la santé et le bien-être des femmes, ce n’est pas un petit dossier que l’on peut se permettre de négliger pendant cinq ans pour finalement accoucher de demi-mesures. On parle ici des droits fondamentaux et les Québécoises méritent mieux! Donnez-nous un plan à la hauteur des valeurs égalitaires partagées par la population du Québec d’aujourd’hui.

-30-

Source : G13 et Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles

 

Pour informations et demandes d’entrevue

Marie-Andrée Gauthier (G13)

Cell: 438-874-1072, info@reseautablesfemmes.qc.ca

 

G13 Concertation nationale féministe

Formé dès 1986, le G13 est une table de concertation de 20 groupes et regroupements provinciaux de groupes féministes. Il sert de porte-voix pour l’ensemble des réalités diverses que nos groupes représentent : des femmes autochtones, racisées, en situation de handicap, de la diversité sexuelle; des maisons d’hébergement à l’employabilité, des tables de groupes de femmes aux centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, des centres de femmes à la santé sexuelle et reproductive, des organismes de soutien aux familles monoparentales et recomposées, de la défense de droits à la prestation de services, du milieu de vie à l’éducation populaire. Nous représentons plusieurs centaines de groupes et des dizaines de milliers de femmes, souvent parmi les plus vulnérables et marginalisées.

  • Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale
  • Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine
  • Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
  • Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail
  • Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec
  • Fédération des femmes du Québec
  • Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
  • Fédération du Québec pour le planning des naissances
  • Femmes autochtones du Québec
  • L’R des centres de femmes du Québec
  • Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
  • Regroupement Naissances-respectées
  • Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
  • Relais-femmes
  • Réseau action femmes handicapées du Canada
  • Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec
  • Réseau des lesbiennes du Québec / Femmes de la diversité sexuelle
  • Réseau de Tables régionales de groupes de femmes du Québec
  • Réseau québécois d’action pour la santé des femmes
  • Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes

 

Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles

Fondée en 1995, la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB) applique une analyse féministe, notamment pour prendre en compte le grand nombre de travailleuses dans le secteur communautaire et le réseau public, ainsi que les besoins des femmes et leur participation à ces structures. Elle est formée de 45 regroupements nationauxrejoignant plus de 3500 groupes communautaires autonomes à travers le Québec. Ceux-ci abordent la santé et les services sociaux sous différentes perspectives (femmes, jeunes, hébergement, famille, personnes handicapées, communautés ethnoculturelles, sécurité alimentaire, santé mentale, violence, périnatalité, toxicomanie, etc.).

Conférence de presse du G13: L’URGENCE D’UNE RELANCE ÉCONOMIQUE INCLUSIVE

 

Contrer l’invisibilité systémique des femmes, une situation aggravée par la crise sanitaire :

L’URGENCE D’UNE RELANCE ÉCONOMIQUE INCLUSIVE

Montréal le mardi 23 février 2021 – À quelques semaines du dépôt du budget, les 20 groupes et regroupements provinciaux féministes membres du G13 joignent leurs voix pour demander au gouvernement d’inclure et d’impliquer les femmes dans sa relance économique post-COVID. « En plus de mener leurs revendications spécifiques à leurs secteurs d’intervention et aux femmes représentées, les groupes membres du G13 font front commun pour exiger une relance économique féministe » souligne Graciela Mateo, co-porte-parole du G13. Rassemblées en conférence de presse devant les bureaux du premier ministre, les co-porte-paroles ont martelé l’importance de combattre l’invisibilisation des femmes et de leur travail.

« La pandémie a accentué les inégalités liées au genre et aux facteurs tels que la race, la situation économique, le handicap, l’orientation sexuelle et les différents éléments intersectionnels de nos expériences, explique Marie Josèphe Pigeon, co-porte-parole du G13. Il faut prendre acte des effets genrés multidimensionnels de la pandémie, particulièrement dans les domaines de la santé, de la violence fondée sur le genre, de la sécurité économique et de l’autonomisation des femmes. L’impact de la COVID sur les conditions de vie et de travail des femmes noires dans le domaine du soin est un exemple éloquent, surtout les expériences des femmes demandeuses d’asile travaillant dans les CHSLD. Il est donc essentiel de centrer la relance économique autour des besoins et des expériences de celles qui se trouvent aux marges ».

Pour combattre efficacement le processus d’invisibilisation des femmes – aggravé par la crise sanitaire – les membres du G13 réclament que l’analyse différenciée selon les sexes et intersectionnelle (ADS+) soit une priorité gouvernementale. « L’ADS+ doit être une condition préalable à l’élaboration des lois, règlements, politiques, plans d’action et budgets du gouvernement, martèle Karine-Myrgianie Jean-François, co-porte-parole du G13. Les politiques fiscales doivent être évaluées en fonction de leurs impacts sur toutes les femmes, surtout celles qui sont les plus aux marges. De plus, des mesures doivent être prises et mises en place afin de réaliser les droits de toutes ».

Le regroupement a ainsi déposé un mémoire dans le cadre des consultations prébudgétaires dans lequel il émet quatre recommandations, notamment celles d’investir dans la santé et la sécurité des femmes, mises en péril par la pandémie et de renforcer le filet social grâce à des mesures fiscales progressives pour le financement de programmes sociaux, de services publics et en soutien aux groupes d’action communautaire autonome. « Il est également essentiel que la relance tienne compte des enjeux spécifiques et systémiques au recul de l’emploi des femmes, consécutifs à la crise économique et sanitaire, explique Yasmina Drissi, co-porte-parole du G13. On ne peut se contenter d’un énième budget focalisant sur les secteurs d’emploi où les hommes sont surreprésentés, surtout pas au détriment de mesures réellement inclusives favorisant la mixité en emploi ».

Consultez le mémoire du G13

-30-

Pour informations et demandes d’entrevue
Éliane Legault-Roy, relationniste
Cell. : 514-692-4762
eliane@beteferoce.com

Les membres du G13
Action santé femmes
Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale
Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine
Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail
DAWN-RAFH Canada
Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec
Fédération des femmes du Québec
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
Fédération du Québec pour le planning des naissances
Femmes Autochtones du Québec
L’R des centres de femmes du Québec
Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
Regroupement Naissance-Respectées
Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
Relais-femmes
Réseau d’action pour l’égalité des femmes immigrées et racisées du Québec
Réseau des lesbiennes du Québec– Femmes de la diversité sexuelle
Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec
Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes

M. Legault, plus que des remerciements: cap vers une société égalitaire!

Ce texte est paru dans l’édition du 9 juin du journal Le Soleil 

Le gouvernement – représenté par une délégation de 14 hommes et quatre femmes – est à dessiner la relance économique. Bien qu’un certain retour à la normale soit souhaité, espérons que nous tirerons des leçons de cette crise.

Bien des belles promesses, d’éloquents remerciements et de beaux discours ont été prononcés par nos leaders et dirigeants. Des applaudissements même! Pourtant, si on mesure la valeur d’une société au traitement qu’elle réserve à ses plus démuniEs, reconnaissons d’emblée que la crise a mis en lumière les failles du système et les changements urgents qui s’imposent.

Intervenantes, professeures, infirmières, préposées, caissières, coiffeuses, mamans, proches aidantes, etc. – mais aussi principales victimes de la pandémie, surreprésentées à l’aide sociale, dans les emplois à temps partiel, en termes de statuts d’immigration précaires, etc. : le travail réalisé par les «anges gardiennes» est incommensurable. Et souvent invisible, autant que dévalorisé. S’il a été mis en lumière ces derniers mois, c’est généralement encore sans le nommer clairement. Par souci d’inclusion sûrement, on a donc surtout évoqué les «anges gardiens».

Il est maintenant temps d’en tirer d’importantes leçons pour passer à autre chose. Voici quelques propositions, loin d’être exhaustives.

Lire la suite

Lettre aux ministres : Demande d’enquête spéciale sur le suicide de Madame M au centre de détention Leclerc, logique de criminalisation et d’incarcération des femmes

Montréal le 4 décembre 2019

À l’attention de : Mme Geneviève Guilbeault, Ministre de la Sécurité Publique, Mme Sonia Lebel, Ministre de la Justice, Mme Isabelle Charest, Ministre de la condition féminine, M David Lametti, Ministre de la Justice, Mme Myriam Monsef, Ministre des femmes et de l’égalité des genres

Lire la suite