Empreintes de femmes

DEPUIS LE 8 FÉVRIER, LE PALAIS DE JUSTICE DE SAINT-JÉRÔME ACCUEILLE EMPREINTES DE FEMMES, UNE ŒUVRE COLLECTIVE CRÉÉE PAR L’ARTISTE PEINTRE MURALISTE SOPHIE STELLA BOIVIN POUR LE RÉSEAU DES FEMMES DES LAURENTIDES (RFL) DANS LE CADRE DE LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES 2015.

Plus d’une centaine de femmes ont apposé leur empreinte de main ou de pouce sur la toile réalisée en format 5 pi x 5 pi, en guise d’appui à l’initiative d’ampleur internationale.

L’œuvre a voyagé aux quatre coins de la région des Laurentides, faisant escale au sein de la vingtaine d’organismes membres du RFL.

Lorsqu’elle a été exposée au cours des festivités du 30e anniversaire du RFL, en juin 2017, elle a capté l’attention du député de la MRC Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin.

Lire la suite

Et maintenant?

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
8 mars 2018 : Et maintenant ? En action tant qu’il le faudra !
Escuminac, le 7 mars 2018 – Les multiples violences contre les femmes, notamment les violences sexuelles révélées par #moiaussi #metoo et #AgressionNonDénoncée et les nombreux cas de violences conjugales masculines, persistent encore pour toutes les femmes en 2018. Afin de souligner la Journée internationale des femmes, les féministes se mobilisent en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, comme à chaque année, et appellent la population à agir.
Les nombreuses dénonciations des derniers mois ont eu un effet important au sein de la population et dans les faits, la demande pour des services et les besoins exprimés par les victimes et leurs proches est loin de s’essouffler. Il faudra faire beaucoup pour que la société soit en mesure de contrer le fléau de la violence sexuelle, tout comme celui de la violence conjugale. Au cours des prochaines années, il faudra encore sensibiliser et éduquer la population, dénoncer les agresseurs, soutenir et accompagner les victimes, légiférer pour permettre un meilleur système de justice, sévir contre les criminels…
Et maintenant, que faisons-nous pour contrer les violences faites aux femmes ?

Lire la suite

Journée internationale des femmes

Sherbrooke, 8 mars 2018 – À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ConcertAction femmes Estrie (CAFE) et ses membres joignent leurs voix aux milliers d’autres qui s’élèvent pour réaffirmer la nécessité des mobilisations féministes.
Malgré des avancements notables dans plusieurs domaines, les inégalités persistent entre les femmes et les hommes ainsi qu’entre les femmes elles-mêmes. Les décisions du gouvernement libéral appauvrissent de plus en plus les femmes et les personnes marginalisées, les maintenant dans un statut précaire. Les femmes sont encore sous-représentées dans les instances décisionnelles et les lieux dits de pouvoir. Elles vivent plus de violences, occupent des emplois davantage atypiques, gagnent un salaire moins élevé que les hommes et sont confrontées quotidiennement à du sexisme ordinaire et à des discriminations genrées. Il importe de souligner que les structures actuelles maintiennent l’invisibilité des femmes qui vivent à l’intersection de différentes oppressions (femmes racisées et immigrantes, femmes en situation d’handicap, femmes de la diversité sexuelle, femmes autochtones, etc.).

Féministe tant qu’il le faudra!

Trois-Rivières, le 23 février 2018 – Les multiples violences contre les femmes et notamment les femmes autochtones, les violences sexuelles révélées par #moiaussi, l’impact sexiste du néolibéralisme et des mesures d’austérité dont les coupes dans les services publics, l’absence d’équité salariale pour de nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi qui persiste pour toutes les femmes et en particulier pour les femmes racisées ou en situation de handicap, le mythe de l’égalité déjà-atteinte : les barrières dressées devant les femmes se perpétuent. Le mouvement féministe continue de lutter pour que disparaissent toutes ces barrières qui les freinent.

Lire la suite

Les groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale dénoncent l’exclusion vécue par des femmes

Québec, le 8 mars 2018 – En cette Journée internationale des femmes, à l’issue de la publication du rapport Se mobiliser pour la santé des femmes de la région de la Capitale-Nationale! , le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (Portneuf-Québec-Charlevoix) dénonce l’exclusion vécue par des femmes ainsi que ses effets sur leur santé et propose des pistes de solutions pour y remédier.

L’exclusion se manifeste de diverses façons
Le manque de logements sociaux à coût abordable incite les personnes moins bien nanties à vivre dans des secteurs où le coût des loyers est plus bas, les isolant parfois de leur réseau social. Une autre manifestation de l’exclusion est le travail de soins effectué par des proches aidantes qui entraîne fréquemment des conséquences sur les ressources dont elles disposent, que ce soit à cause de la diminution du temps consacré à un emploi ou à des loisirs, contribuant, par le fait même, à les isoler socialement. Les personnes ayant des limitations physiques vivent également de l’exclusion découlant de l’accès restreint aux transports et aux édifices.

Lire la suite

30 ans pour Récif 02!

Pour ses 30 ans, Récif 02 souligne l’apport exceptionnel de Monique Larouche!

Tout près de soixante-quinze personnes du milieu féministe régional incluant les membres, l’équipe de travail, les partenaires et les alliés de Récif 02 ont tenu à souligner l’apport significatif de feu Madame Monique Larouche lors du 30e anniversaire.

Alma, le 14 février 2018 – Militante féministe active bien avant la création de Récif 02 et coordonnatrice de l’organisme de 1996 à 2008. « L’occasion de souligner sa contribution au mouvement de femmes de notre région ne s’étant pas encore présentée, plusieurs femmes ont voulu profiter du 30e anniversaire de Récif pour se remémorer en compagnie de sa famille, des moments de luttes féministes partagés avec elle», mentionne Audrée Villeneuve, coordonnatrice de Récif 02.

Lire la suite

L’annonce de Monsieur Couillard et le féminisme de Monsieur Trudeau

Montréal, le 9 mars 2018. Au lendemain de la journée internationale des droits des femmes, les membres du G13 sont sceptiques quant aux annonces faites hier par le Premier ministre du Québec en tournée en France.

D’abord, le Premier ministre annonce qu’il proposera bientôt une loi-cadre sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Cette initiative fait suite à une demande de longue date de nos groupes et nous la saluons. Nous nous questionnons toutefois sur la nécessité de procéder à une telle annonce, aussi importante, en terre étrangère. D’ailleurs, quelle place sera accordée à la consultation si le gouvernement souhaite adopter la loi rapidement?

Lire la suite

L’égalité des droits des femmes au cœur de l’Assemblée nationale

Dans le cadre du mandat d’initiative sur la place des femmes en politique initiée par la Commission des relations avec les citoyens, le Réseau des tables régionales de groupes de femmes a déposé un mémoire incluant des recommandations à mettre en place le plus rapidement possible.

Pour accéder à notre mémoire, Memoire_RTRGFQ_placedesfemmes.

Le présent mémoire est le fruit d’une réflexion collective faite par le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec (RTRGFQ) en collaboration avec plusieurs tables de groupes de femmes membres de ce réseau.

En premier lieu, le RTRGFQ fera un portait des femmes à l’Assemblée nationale en faisant ressortir des données régionales quant à la représentativité des femmes au sein des éluEs. Si les statistiques parlent d’elles-mêmes pour l’Assemblée nationale, elles sont encore plus troublantes en ce qui a trait à la présence des femmes députées dans les régions, étant parfois complètement absentes. Ce portrait résume bien la préoccupation du RTRGFQ et donne du crédit à ce mémoire sur l’importance d’avoir une meilleure représentation des femmes en politique.

Par la suite, le RTRGFQ se penchera sur les obstacles qui freinent la pleine participation des femmes en politique. Plusieurs études effectuées au cours des dernières années par les tables de groupes de femmes ont permis d’identifier diverses causes ayant un degré d’impact différent pour les femmes. Nous en ferons l’énumération dans cette section. Une attention particulière sera portée au traitement médiatique octroyé aux femmes candidates ou élues.

Une section importante du mémoire sera consacrée à la proposition de différentes avenues pour soutenir les femmes à faire le saut en politique. Nous commencerons par présenter les mesures qui ont déjà fait leurs preuves par le passé, mesures par lesquelles les tables de groupes de femmes ont développé une expertise. Nous poursuivrons en faisant un éventail des mesures qui nous semblent les plus porteuses pour l’atteinte de l’égalité à l’Assemblée nationale.

Le RTRGFQ est d’avis que des changements systémiques se font sur plusieurs années, voire des décennies. Ainsi, nous soutiendrons dans nos recommandations pour les mesures les plus pertinentes, la nécessité de miser sur des programmes qui permettent le déploiement de mesures récurrentes et ce, tant pour maintenir l’expertise des tables régionales de groupes de femmes et du RTRGFQ que pour venir en appui aux femmes qui veulent se porter candidates et aux femmes élues. Nous exprimerons également notre souhait de voir le Directeur général des élections du Québec se pencher sur le mode de scrutin actuel et sur des mesures incitatives pour favoriser la participation des femmes en politique.

En conclusion, nous réitérerons notre volonté à travailler avec tous ceux et celles qui ont à coeur l’égalité à l’Assemblée nationale.

Pour visionner notre passage en consultation particulière, http://m.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-74783.html 

Pour une action concertée en violence sexuelle

Dans le cadre de son projet « Pour une action concertée en violence sexuelle au Centre-du-Québec », la Table de concertation du mouvement des femmes du Centre-du-Québec a tenu une journée des Premières nations le 11 octobre.

Cet événement, réunissant une quarantaine de professionnels autochtones et allochtones, a permis de présenter les ressources disponibles pour les victimes de violence sexuelle au Centre-du-Québec, notamment dans les communautés d’Odanak et de Wôlinak. Isabelle Paillé, de Femmes Autochtones Québec, a sensibilisé les participantEs à l’intervention en contexte autochtone. Des activités de concertation, ponctuées de références culturelles des Premières nations, ont conclu la journée.

Rose Elmonde Clarke reçoit le prix Rita-Prévost-Whittom

Gaspé, mercredi le 8 novembre 2017 – La Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine remet cette année le prix Rita-Prévost-Whittom à madame Rose Elmonde Clarke, mairesse de Grosse-Île, pour son implication politique et son engagement dans sa communauté.

L’exemple de madame Clarke a de quoi inspirer. Unilingue francophone à son arrivée dans cette communauté anglophone de l’archipel, elle a su s’allier la confiance de ses concitoyen-ne-s, qui viennent de reconduire son mandat pour une troisième fois. Longtemps impliquée bénévolement auprès des aîné-e-s, ainsi que pour la prévention de la toxicomanie, elle est généreuse et disponible, et sait relever les défis. Seule femme pendant 8 ans à la table de la Communauté maritime des Îles, elle prend sa place et défend ses dossiers avec engagement.

Lire la suite