La reproduction des stéréotypes sexuels contribue au décrochage scolaire

 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

 La reproduction des stéréotypes sexuels contribue au décrochage scolaire

Le Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage (ROCLD), le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec, Relais femmes, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et le comité éducation du Conseil central Montréal métropolitain (CCMM-CSN) unissent leurs voix pour demander aux partis politiques de s’éloigner des discours publics qui reconduisent des perceptions stéréotypées pour s’engager à mettre en place des mesures favorisant l’égalité entre les sexes en éducation et la réussite éducative de tous les jeunes du Québec.

Lire la suite

Familles à la course, une loi-cadre en conciliation famille-travail-études à la rescousse!

Cette lettre ouverte est proposée par la Coalition pour la conciliation famille-travail-études, composée des principales organisations syndicales québécoises et d’organisations féministes, communautaires et populaires.
Depuis une trentaine d’années, et plus particulièrement au cours de la dernière décennie, la réalité des familles québécoises a fortement évolué. Quotidiennement, elles ont le défi de concilier la famille, le travail et les études. Trop souvent, cette charge de conciliation repose uniquement sur les épaules des parents et, plus particulièrement, sur celles des femmes. Dans un récent sondage réalisé auprès de 3 006 parents québécois, 50 % d’entre eux mentionnaient se débrouiller par eux-mêmes plutôt que de se prévaloir des mesures offertes par leur employeur (sondage Léger réalisé pour le Réseau Québec Famille – févr. 2018). Un tel choix témoigne que la pression sociale encourage les parents à considérer la conciliation famille-travail-études comme étant une responsabilité strictement individuelle plutôt que collective. Nous croyons ainsi qu’une loi-cadre, qui aborderait tout autant le champ du travail et des études et qui s’appliquerait aux secteurs privé, public, parapublic et péripublic, permettrait d’atteindre cet objectif de conciliation et ce, sans appauvrir les familles.

Lire la suite

Déclaration de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires montréalais

Le 20 août dernier, la Table des groupes de femmes de Montréal, ainsi que d’autres regroupements de groupes communautaires, était présente à la séance du conseil de ville de la Ville de Montréal au moment de l’adoption d’une Déclaration de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires montréalais. Par la même occasion, Mme Rosannie Filato, Responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, de la condition féminine et des sports et loisirs, a annoncé l’intention de la Ville de se doter d’une Politique de reconnaissance et de soutien des organismes communautaires. Préalablement, un mécanisme de consultation devrait être mis en place.

Lire la suite

Une augmentation à saveur amère

Montréal, le 19 juin 2018 – Le Regroupement des organismes de défense collective des droits (RODCD) accueille avec une certaine amertume l’augmentation des subventions accordées aux groupes en défense collective de droits soutenus par le Fonds d’aide à l’action communautaire autonome (FAACA). En effet, depuis quelques jours, divers groupes à travers le Québec ont commencé à recevoir, au compte-gouttes, des lettres les informant que leur financement à la mission sera augmenté de 12,7% pour l’année 2018-2019, et qu’ils recevront les années subséquentes une indexation de 1% jusqu’en 2023. Après plus de 10 ans à réclamer une augmentation de leur financement à la mission ainsi que l’indexation au coût de la vie, l’arrivée de ces sommes est accueillie de façon plutôt mitigée par les groupes en défense collective des droits. Ce 2,2 M$ d’argent neuf permettra sans doute aux groupes de prendre un peu d’oxygène. Toutefois, pour Louise Paré, porte-parole du Comité de coordination du RODCD, « c’est une goutte d’eau qui est loin de répondre à des besoins qui n’ont fait qu’augmenter aux cours des dernières années. Les organismes œuvrant en défense collective des droits revendiquent en effet une hausse de 40M$ de l’enveloppe qui leur est dédiée. »

Lire la suite

Empreintes de femmes

DEPUIS LE 8 FÉVRIER, LE PALAIS DE JUSTICE DE SAINT-JÉRÔME ACCUEILLE EMPREINTES DE FEMMES, UNE ŒUVRE COLLECTIVE CRÉÉE PAR L’ARTISTE PEINTRE MURALISTE SOPHIE STELLA BOIVIN POUR LE RÉSEAU DES FEMMES DES LAURENTIDES (RFL) DANS LE CADRE DE LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES 2015.

Plus d’une centaine de femmes ont apposé leur empreinte de main ou de pouce sur la toile réalisée en format 5 pi x 5 pi, en guise d’appui à l’initiative d’ampleur internationale.

L’œuvre a voyagé aux quatre coins de la région des Laurentides, faisant escale au sein de la vingtaine d’organismes membres du RFL.

Lorsqu’elle a été exposée au cours des festivités du 30e anniversaire du RFL, en juin 2017, elle a capté l’attention du député de la MRC Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin.

Lire la suite

Et maintenant?

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
8 mars 2018 : Et maintenant ? En action tant qu’il le faudra !
Escuminac, le 7 mars 2018 – Les multiples violences contre les femmes, notamment les violences sexuelles révélées par #moiaussi #metoo et #AgressionNonDénoncée et les nombreux cas de violences conjugales masculines, persistent encore pour toutes les femmes en 2018. Afin de souligner la Journée internationale des femmes, les féministes se mobilisent en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, comme à chaque année, et appellent la population à agir.
Les nombreuses dénonciations des derniers mois ont eu un effet important au sein de la population et dans les faits, la demande pour des services et les besoins exprimés par les victimes et leurs proches est loin de s’essouffler. Il faudra faire beaucoup pour que la société soit en mesure de contrer le fléau de la violence sexuelle, tout comme celui de la violence conjugale. Au cours des prochaines années, il faudra encore sensibiliser et éduquer la population, dénoncer les agresseurs, soutenir et accompagner les victimes, légiférer pour permettre un meilleur système de justice, sévir contre les criminels…
Et maintenant, que faisons-nous pour contrer les violences faites aux femmes ?

Lire la suite

Journée internationale des femmes

Sherbrooke, 8 mars 2018 – À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ConcertAction femmes Estrie (CAFE) et ses membres joignent leurs voix aux milliers d’autres qui s’élèvent pour réaffirmer la nécessité des mobilisations féministes.
Malgré des avancements notables dans plusieurs domaines, les inégalités persistent entre les femmes et les hommes ainsi qu’entre les femmes elles-mêmes. Les décisions du gouvernement libéral appauvrissent de plus en plus les femmes et les personnes marginalisées, les maintenant dans un statut précaire. Les femmes sont encore sous-représentées dans les instances décisionnelles et les lieux dits de pouvoir. Elles vivent plus de violences, occupent des emplois davantage atypiques, gagnent un salaire moins élevé que les hommes et sont confrontées quotidiennement à du sexisme ordinaire et à des discriminations genrées. Il importe de souligner que les structures actuelles maintiennent l’invisibilité des femmes qui vivent à l’intersection de différentes oppressions (femmes racisées et immigrantes, femmes en situation d’handicap, femmes de la diversité sexuelle, femmes autochtones, etc.).

Féministe tant qu’il le faudra!

Trois-Rivières, le 23 février 2018 – Les multiples violences contre les femmes et notamment les femmes autochtones, les violences sexuelles révélées par #moiaussi, l’impact sexiste du néolibéralisme et des mesures d’austérité dont les coupes dans les services publics, l’absence d’équité salariale pour de nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi qui persiste pour toutes les femmes et en particulier pour les femmes racisées ou en situation de handicap, le mythe de l’égalité déjà-atteinte : les barrières dressées devant les femmes se perpétuent. Le mouvement féministe continue de lutter pour que disparaissent toutes ces barrières qui les freinent.

Lire la suite

Les groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale dénoncent l’exclusion vécue par des femmes

Québec, le 8 mars 2018 – En cette Journée internationale des femmes, à l’issue de la publication du rapport Se mobiliser pour la santé des femmes de la région de la Capitale-Nationale! , le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (Portneuf-Québec-Charlevoix) dénonce l’exclusion vécue par des femmes ainsi que ses effets sur leur santé et propose des pistes de solutions pour y remédier.

L’exclusion se manifeste de diverses façons
Le manque de logements sociaux à coût abordable incite les personnes moins bien nanties à vivre dans des secteurs où le coût des loyers est plus bas, les isolant parfois de leur réseau social. Une autre manifestation de l’exclusion est le travail de soins effectué par des proches aidantes qui entraîne fréquemment des conséquences sur les ressources dont elles disposent, que ce soit à cause de la diminution du temps consacré à un emploi ou à des loisirs, contribuant, par le fait même, à les isoler socialement. Les personnes ayant des limitations physiques vivent également de l’exclusion découlant de l’accès restreint aux transports et aux édifices.

Lire la suite

30 ans pour Récif 02!

Pour ses 30 ans, Récif 02 souligne l’apport exceptionnel de Monique Larouche!

Tout près de soixante-quinze personnes du milieu féministe régional incluant les membres, l’équipe de travail, les partenaires et les alliés de Récif 02 ont tenu à souligner l’apport significatif de feu Madame Monique Larouche lors du 30e anniversaire.

Alma, le 14 février 2018 – Militante féministe active bien avant la création de Récif 02 et coordonnatrice de l’organisme de 1996 à 2008. « L’occasion de souligner sa contribution au mouvement de femmes de notre région ne s’étant pas encore présentée, plusieurs femmes ont voulu profiter du 30e anniversaire de Récif pour se remémorer en compagnie de sa famille, des moments de luttes féministes partagés avec elle», mentionne Audrée Villeneuve, coordonnatrice de Récif 02.

Lire la suite